Skip to content

EXPOSITION DU CENTENAIRE

Cliquez sur une affiche pour écouter l’enregistrement correspondant ; visitez ainsi l’ensemble de l’exposition virtuelle

Bienvenue à l'exposition du centenaire
En quête de la vérité
Entre crainte et inspiration
De mon cœur jaillit un torrent de larmes
Une clef pour dévoiler un grand secret
Un grain de riz est plus important que la terre entière
Des anges ouvrent un passage dans une forêt obscure
Pardonner - Aimer - S'unir
Quelles promesses ne doivent jamais être rompues ?
Des familles aimantes peuvent changer le monde
Laisser derrière soi un héritage d'amour
L'amour amènera l'unification
« Accordez la liberté religieuse aux Soviétiques »
Le pays peut être divisé, mais pas son peuple
Quel est le but ultime de la religion du XXIe siècle ?
Le sport est un moyen de créer la paix dans le monde
Une solution à la pauvreté et à la faim
Rêver d'un monde en paix - et agir
Interdépendance, co-prospérité, valeurs universelles
Réseau mondial des femmes pour la paix
Soutenir les héros et héroïnes de la paix
Solution aux problèmes actuels
Embrasser le monde

EXPOSITION VIRTUELLE

Welcome to the Centenary Exhibition

Welcome to this exhibition celebrating the centenary of the birth of Sun Myung Moon and honoring his life’s work. His life was truly extraordinary and we are proud to present this compilation of major aspects of his life, work and ideas.

Many of the quotations that you see on the displays are taken from the book that he wrote toward the end of his life, entitled, “As a Peace-Loving Global Citizen”. In this small volume he summarizes his lessons from life, and shares the motivation and purpose behind his most notable achievements.

 

To bring a world of peace, I have spent my life going to the most lowly and secluded places. I met mothers in Africa who could only watch helplessly as their children died of hunger, and I met fathers in South America who lived by a river full of fish but couldn’t support their families by fishing. At first, all I did was simply share my food, but they granted me their love in return.

I am a controversial person. The mere mention of my name causes trouble in the world. I never sought money or fame but have spent my life speaking only of peace. The world, though, has associated many different phrases with my name, rejected me, and thrown stones at me. Many are not interested in knowing what I say or what I do. They only oppose me.

I have been unjustly imprisoned six times in my life and at times I was beaten so hard that the flesh was torn from my body. Today, though, not even the slightest wound remains in my heart. Wounds easily disappear in the presence of true love. Even enemies melt away without a trace in the presence of true love. True love is a heart that gives and gives and wants to continuing giving. True love is a love that even forgets that it already gave love and gives love again.

Recently a growing number of people have been seeking to know more about me. For the sake of those who are curious, I have looked back on my life and recorded my candid recollections in this book.

I send boundless love to all those who have put their faith in me, remained by my side, and lived their lives with me—and especially to my wife, Hak Ja Han Moon, to whom I am deeply grateful for struggling with me to scale the most difficult peaks.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Yearning for Truth

Core realizations of Rev. Moon expressed in The Divine Principle teachings

God is the Heavenly Parent, both Father and Mother, and we are God’s children. One Family Under God.

We are eternal beings who pass through three stages of life: in the womb, life on earth and the eternal spirit world. How we live in this world has profound impact on our circumstances in the next.

Humanity became estranged from the Heavenly Parent long ago causing immeasurable suffering to God and to all people. God cannot solve this problem alone.

History is the record of the Heavenly Parent’s anguished efforts through all religions to gather that lost and estranged family back together.

God sent the True Parents to bring an end to the last days of suffering and a new history of heaven is now beginning.

God needs you. He needs everyone.

(There is no podcast associated with this poster. To learn more click here)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Between Fear and Inspiration

When I was sixteen, we experienced the tragedy of having five of my younger siblings die in a single year. No words could describe the heartbreak of our parents in losing five of their thirteen children in such a short time. Death seemed to spread.

The suffering of one family seemed connected to the suffering of the nation and of the world. I was increasingly troubled to see the wretched situation of the Korean people under Japan’s tyrannical rule.

 

People didn’t have enough to eat. They were sometimes forced to take grass, tree bark, and whatever else they could find, and boil these for food. There seemed to be no end to wars around the world. Then one day I read an article in a newspaper about the suicide of a middleschool student who was the same age as I.

 

“Why did he die?” I asked myself. “What would drive a person to kill himself at such a young age?” I was devastated by this news, as if it had happened to someone who had been close to me. With the newspaper open to that article, I wept aloud for three days and nights. The tears kept coming, and I couldn’t make them stop. I couldn’t comprehend the fact that tragic events were happening to good people.

When I had the experience of seeing the bones of my great-grandfather had inspired me to start asking questions about life and death. The Word of God I was hearing in church, however, was not sufficient by itself to give me the clear answers I was seeking. To relieve the frustrations in my heart, I naturally began to immerse myself in prayer.

“Who am I? Where did I come from? What is the purpose of life? What happens to people when they die? Is there a world of the eternal soul? Does God really exist? Is God really all-powerful? If He is, why does He just stand by and watch the sorrows of the world? If God created this world, did He also create the suffering that is in the world? What will bring an end to Korea’s tragic occupation by Japan? What is the meaning of the suffering of the Korean people? Why do human beings hate each other, fight, and start wars?” My heart was filled with these serious and fundamental questions. No one could easily answer them for me, so my only option was to pray. Prayer helped me to find solace. Whenever I laid out the anguishing problems in my heart to God, all my suffering and sorrow vanished and my heart felt at ease. I began spending more and more time in prayer, to the point that, eventually, I began praying through the night all the time. As a result, I had a rare and precious experience in which God answered my prayers. That day will always remain as the most cherished memory of my life—a day I can never forget.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

My Heart Flows with a River of Tears

No matter how much I tried, I could not free myself for even a moment from the memory of having met Jesus. My encounter with Jesus changed my life completely. His sorrowful expression was etched into my heart as if it had been branded there, and I could not think of anything else. From that day on, I immersed myself completely in the Word of God. At times, I was surrounded by endless darkness and filled with such pain that it was difficult to breathe. At other times, my heart was filled with joy, as though I were watching the morning sun rise above the horizon.

In an effort to quiet my heart and my tears, I composed the following poem:

Crown of Glory


When I doubt people, I feel pain.

When I judge people, it is unbearable.

When I hate people, there is no value to my existence.

 

Yet if I believe, I am deceived.

If I love, I am betrayed.

Suffering and grieving tonight, my head in my hands,

Am I wrong?

 

Yes I am wrong.

Even though we are deceived, still believe.

Though we are betrayed, still forgive.

Love completely, even those who hate you.

 

Wipe your tears away and welcome with a smile

Those who know nothing but deceit,

And those who betray without regret.

 

O, Master, the pain of loving.

Look at my hands.

Place your hand on my chest.

My heart is bursting, such agony.

 

But when I love those who acted against me,

I brought victory.

If you have done the same things,

I will give you the Crown of Glory.

 

I experienced a series of days like these that led me into a deeper and deeper world of prayer. I embraced new words of truth that Jesus was giving me directly and let myself be completely captivated by God. I began to live an entirely different life. I had many things to think about, and I gradually became a boy of few words.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A Key to Unlock a Great Secret

I worked in many different jobs during my studies in Japan. I was a janitor in an office building. I wrote letters for illiterate people. I worked at various job sites and was a foreman. I was a fortune teller. When I needed money quickly, I wrote calligraphy and sold it. I never fell behind in my studies, however. I believed that all these things were part of my training process. I did all sorts of jobs and met all sorts of people. In the process I learned a lot about people.


I still believe that to develop good character a person needs to experience many difficulties before turning thirty. People need to go down into the crucible of despair at the bottom of human existence and experience what that is like. People need to discover new possibilities in the midst of hell. It is only when climbing out of the depths of despair and making a new determination that we can be reborn as people able to pioneer a new future.


During this time I had the realization, “The relationship between God and mankind is that of a father and his children, and God is deeply saddened to see their suffering.” In this moment all the secrets of the universe were resolved in my mind. Suddenly, it was as if someone had turned on a movie projector. Everything that had happened since the time humankind broke God’s commandment played out clearly before my eyes. Hot tears flowed continuously from my eyes. I fell to my knees and bowed my head to the floor. For the longest time I couldn’t get up. Just as when my father had carried me home on his back as a child, I laid my body down in God’s lap and let the tears flow. Nine years after my encounter with Jesus, my eyes had finally been opened to the true love of God.


Jesus had appeared to me as a boy of sixteen because he wanted me to know the root of the Original Sin that humankind had committed and to bring about a world of peace where sin and the Fall would no longer exist. I had received God’s serious word to atone for the sins of humanity and bring about the world of peace that God had originally created. The world of peace that is God’s desire is not someplace we go to after death. God wants this world, where we live now, to be the completely peaceful and happy world that He created in the beginning. God certainly did not send Adam and Eve into the world for them to suffer. I had to let the world know this incredible truth.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A Grain of Rice is Greater than the Earth

The pain of hunger can only be known by those who have experienced it. When a person is hungry, a mere grain of rice becomes very precious. Even now, it makes me tense just to think of Heungnam. It’s hard to believe that a single grain of rice can give such stimulation to the body, but when you are hungry you have such a longing for food that it makes you cry. When a person has a full stomach the world seems big, but to a hungry person a grain of rice is bigger than the earth. A grain of rice takes on enormous value to someone who is hungry.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Angels Open a Path Through a Dark Forest

There are two things we must leave our descendants when we die. One is tradition, and the other is education. A people without tradition will fail. Tradition is the soul that allows a people to continue; a people without a soul cannot survive. The second thing of importance is education. A people will also fail if it does not educate its descendants. To open up a new future, we need, on the one hand, to pass on to our descendants the tradition that has been handed down to us over thousands of years and, on the other, to also supply them with education concerning new things.


At the same time that I founded the dance troupe, I also founded the Little Angels School of the Arts (later renamed Sunhwa Art School). The purpose in founding this school was to spread our ideals to the world through the arts. Since 1965, when they held their first overseas performance in the United States, the Little Angels have been introducing Korea’s beautiful tradition all over the world. They were invited by the British royal family to perform in the presence of Queen Elizabeth II. They were invited to take part in the bicentennial celebration in the United States, where they performed at the John F. Kennedy Center for the Performing Arts. They took part in the cultural and performing arts festival that was part of the Seoul Olympic Games. The Little Angels are known around the world as cultural ambassadors for peace.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Forgive - Love - Unite

Near the end of 1971, I went to the United States again. I had certain tasks that absolutely needed to be accomplished there, but getting there was not so easy. It was not my first time to go to the United States, yet I had to wait an unusually long time to receive my visa. Some members suggested that I delay my departure, but I could not do that. It was difficult for me to explain to the members, but it was important that I leave Korea on the designated date. So I decided to go first to Japan and apply for a U.S. visa while in Japan. I was in a hurry to leave Korea.

 

America in the early 1970s was embroiled in the Vietnam War, and activists were protesting. It was a country seriously divided. Young people searching for meaning experimented with alcohol, drugs, and free sex and in the process were neglecting their eternal souls. Mainstream religion, which should have provided guidance to such young people, was not performing its role. It could not help them end their aimless wandering and return to proper ways of living. The hedonistic, materialistic culture dragged many young people down, because they had no place to rest their hearts.

 

Soon after I arrived in the United States, I toured the country, speaking on the topics “The Future of Christianity” and “God’s Hope for America.” In front of large audiences, I spoke about the weaknesses of America in a way that no one else would.

 

I proclaimed that America was founded on the Puritan spirit and had grown to be the strongest country in the world in just two hundred years because it received God’s boundless love and blessing. I reminded the audiences that America’s freedom comes from God but that today America had cast God aside. “America has a great tradition,” I said. “All you have to do is revive it.” I went to the United States to awaken America’s spirit, to save America from destruction, and to urge the American people to repent and return to God.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

What is the Promise that Must Never be Broken?

Naturally, a husband and wife must maintain mutual trust and nurture their love. The promise I emphasize the most to people preparing to marry is “teach your children to maintain sexual purity.”

 

This is an obvious promise, but it has become difficult to keep in today’s society. The worse the world becomes, however, the more important it is to strictly keep the promise of sexual purity.

 

The perfection of human beings and peace in the world come about through the family. The purpose of religion is for everyone to become people of goodness who can then bring about an ideal world of peace. No matter how much politicians may put their heads together, they will not bring about peace. Formidable military power will not bring peace. The starting point for bringing about peace is the family.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Loving Families can Change the World

During our matching and marriage ceremonies, I ask the brides and grooms to make promises to each other that must never be broken. First, a husband and wife must always trust and love each other. Second, they must not cause any pain to the heart of their partner. Third, they must educate their children and grandchildren to maintain sexual purity. Fourth, all members of their family must help and encourage each other so that they become a true ideal family. Chastity before marriage and fidelity in marriage are of utmost importance. This is what I teach so people can live to their highest potential as human beings, creating and maintaining healthy families. Marriage is more than a simple coming together of a man and woman. It is a precious ceremony of commitment to carry on God’s work of creation. Marriage is the path by which a man and woman become as one, create new life, and establish true love. Through marriage, a new future is created: Societies are formed; nations are built. God’s world of peace is realized with married families at the center. It is in the family that God’s Kingdom of Heaven is brought about. So, husbands and wives must be centers of peace.

 

International and intercultural marriages are the quickest way to bring about an ideal world of peace. Things that would take seemingly forever can be accomplished like miracles through these types of marriages in just two or three generations. People should marry across national and cultural boundaries with people from countries they consider to be their enemies so that the world of peace can come that much more quickly. A person may hate people from a certain country or culture and think he never wants to set eyes on them. But if someone from that country becomes his spouse, then the person is halfway to becoming a person of the new country. All the hatred melts away. If this is repeated for two or three generations, the roots of hatred can be eliminated

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Leaving Behind a Legacy of Love

We do not come into this world, or depart from it, of our own accord. We have no ability to make choices with regard to our fate. We are born, though we did not choose to be born. We live, though we did not choose to live. We die, though we do not choose to die. We have no authority over these aspects of our lives, so how can we boast that we are somehow better than others? We cannot be born by our own wish, possess things that will forever be our own, or avoid death. So any boasting on our part would only be pathetic.

 

At some point, everyone will shed his physical body like old clothing and die. In Korean, “to return” is a common expression for dying. To return means to go back to where we came from, that is, to go back to our fundamental roots. Everything in the universe moves in cycles. The white snow that collects on the mountains will melt and flow down the slopes, first forming streams and then a river, and  eventually go into the ocean. The water that flows into the ocean will absorb the heat of the sun’s rays, become water vapor, go back up into the sky, and prepare to become either snowflakes or drops of rain. To return to our original place in this way is what we call death. Then, where do we human beings return to when we die? Body and heart come together to bring about human life, and death is the act of shedding the body. So we go to the place from which the heart came.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Love Will Bring Unification

Religion’s role is to turn human beings toward goodness and eliminate their evil nature that finds enjoyment in fighting. Examine the major religions of the world. They all hold a peaceful world as their ideal. They all want to see a kingdom of heaven, utopia, or paradise. Religions have different names for this ideal, but they all seek such a world. There are numerous religions in the world, and virtually every one is divided into countless factions and denominations.But the essential hope for all is the same: They want the Kingdom of Heaven and a world of peace. The human heart has been torn to shreds by the violence and enmity at our core. The kingdom of love will heal it.

I first set foot in Jerusalem in 1965. This was before the Six Day War, and Jerusalem was still under Jordan’s territorial control. I went to the Mount of Olives, where Jesus shed tears of blood in prayer just prior to being taken to the court of Pontius Pilate. I put my hand on a 2,000 year-old olive tree that could have witnessed Jesus’ prayer that night. I put three nails in that tree, one for Judaism, one for Christianity, and one for Islam. I prayed for the day when these three families of faith would become one. World peace cannot come unless Judaism, Christianity, and Islam become one. Those three nails are still there.

Judaism, Islam, and Christianity are sharply divided against each other in today’s world, but they share a common root. The issue that keeps them divided is their understanding of Jesus. To address this problem, on May 19, 2003, I asked that we de-emphasize the cross in relations among the Abrahamic faiths. Thus, we enacted a ceremony of taking down the cross. We brought a cross from America, a predominantly Christian culture, and buried it in the Field of Blood in Israel. This is the field that was bought with the thirty pieces of silver that Judas Iscariot received for the betrayal of Jesus that ended in Jesus’ crucifixion.

Later that year, on December 23, some 3,000 Ambassadors for Peace from all religions, and from around the world, joined with 17,000 Israelis and Palestinians in Jerusalem’s Independence Park to symbolically remove the crown of thorns from the head of Jesus and replace it with a crown of peace. These 20,000 then marched for peace through Jerusalem city. Local authorities granted permissions and protected our efforts, and Palestinian and Israeli families supported our march for peace by placing a light in front of their homes.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Allow Freedom of Religion in the Soviet Union

At the time, President Gorbachev was popular within the Soviet Union, following the successes of his perestroika policies.

 

Over the years, I have been able to meet with many U.S. presidents, but meeting President Gorbachev was much more difficult. I was concerned that even one meeting might be difficult to achieve. I had a message to give him, and it was important that I do this in person. He was reforming the Soviet Union, giving rise to the winds of freedom there, but as time passed, the swords of reform were being increasingly pointed at his back. If the situation was left unchecked; he would fall into great danger.

 

“Mr. President, you did a great thing,” I told him. “You gave up your post as general secretary of the Soviet Union, but now you have become the president of peace. Because of your wisdom and courage, we now have the possibility to bring world peace. You did the most important, eternal, and beautiful thing for the world. You are a hero of peace who did God’s work. The name that will be remembered and honored forever in the history of Russia will not be ‘Marx,’ ‘Lenin,’ or ‘Stalin.’ It will be ‘Mikhail Gorbachev.’”

 

I gave such high praise to the decision by Mr. Gorbachev to bring about the breakup of the Soviet Union, the mother country of communism, without shedding blood.

 

In response, Mr. Gorbachev said, “Rev. Moon, I have been greatly comforted by your words. Hearing your words gives me energy. I will devote the remainder of my life to projects that are for the sake of world peace.” And he firmly took my hand in his.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

The Land may be Divided, but not its People

Today, many people talk about peaceful unification. I, however, spoke about this at a time when people did not dare even use the phrase “peaceful unification,” for fear of being charged with violating the Anti-Communist Law and the National Security Law. Today, when people ask me what must be done to bring about unification, I tell them what I have always said on this matter: “If South Koreans love North Korea more than they love the South, and North Koreans love South Korea more than they love the North, we could unify the peninsula today.”

 

I was able to risk my life to go to North Korea in 1991 and meet President Kim Il Sung because I had a foundation of such love within me. I made agreements then with him regarding meetings of separated families, North-South economic cooperation, development of Mount Kumgang, denuclearization of the Korean peninsula, and working toward a North-South summit conference. No one thought an anti-communist could go to a communist country and open the floodgate of unification, but I surprised the world.

 

“North and South must be unified,” I said, “but guns and swords will not make us one. North-South unification will not happen with military force. Even the Korean War failed in this respect, and it is foolish for anyone to think they can make another attempt through military force. Neither will unification happen with the juche ideology that you espouse. What will do it, then? The world does not operate only by the power of human beings. Because God exists, nothing can be done by human effort alone. Even in situations of evil, such as war, God carries out His providence. That is why North and South cannot be unified through the juche ideology that puts man at the center.

 

“Bringing about a unified homeland can be done only with Godism,” I continued. “God is protecting us, and our time of unification is coming. Unification is the destiny; it is the task that must be accomplished in our era. If we cannot accomplish the sacred task of unifying the homeland in our time, we will not be able to hold our heads high in the presence of our ancestors or descendants for the rest of eternity.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

What is the Goal of 21st Century Religion?

The twentieth century was a time of tremendous change. More happened in that hundred-year period than during the past two thousand years. It was the century when there were two world wars and when communism rose to great strength and then disappeared. It was also the century when humanity turned its back on God and buried itself in material things. What about the twenty-first century, then? Some say that advances in science have proven that many religious beliefs are mere superstition and irrelevant to the modern world. I contend, however, that the role of religion will always be relevant as long as the spiritual aspect of human beings remains a reality and a world of peace has not been established.

 

What is the purpose of religion? It is to bring about God’s ideal world. The ultimate destination of the path followed by religions should be peace.

 

God created this world out of a desire for love and peace. If we create division by insisting that our own religion is the only path to salvation, we go against God’s desire. God wants everyone in the world to work hard for peace, reconciliation, and coexistence. If people say that coming to church creates division in their family, then I do not hesitate to tell them that they should put their family first. Religion is only a means to bring about God’s perfect world; it is not an end in itself.

 

If we continue the era of people congregating together only by religion or race, then humanity cannot avoid a repetition of war. The age of peace absolutely cannot come unless we transcend cultural customs and traditions. No ideology, philosophy, or religion that has influenced humanity in the past is capable of bringing about the peace and unification that is needed for the future. We need a new ideology and philosoph that goes beyond Buddhism, Christianity, and Islam. For my entire life, I have called on people until my voice is hoarse to transcend their religious factions and even their religions.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Sport is a Means to Create World Peace

Football is a sport where competition takes place and someone wins or loses, but it also has the potential for significantly influencing countries and increasing their cooperation toward peace. I was told that twice as many people watched the World Cup as watched the Olympics. This provides an idea of how many people around the world love football. Therefore, just like the Olympics, it has the power to become a force for harmony between countries, races, religions, and cultures. I see football and peace among countries as potentially powerful partners.

 

We live in a competitive society where there is a great deal of stress. Stress creates tension in our lives and takes away our peace of mind. When stress accumulates, people can become irritated and sometimes fight each other. Sports and the arts are examples of things that help us to lower our levels of stress. These things help us to vent our pent-up urges and bring humanity together. The reason for my devotion to soccer teams, symphony orchestras, and ballet companies is that these activities are a means to bring world peace. The world-famous footballer, Pele, understands this kind of thinking.

 

Finding ourselves in agreement, Pele and I created a new competition of international dimensions called Peace Cup, and tournaments have been held every two years since 2003. We brought famous soccer teams from around the world to Korea. A corresponding women’s tournament called the Peace Queen Cup is held in alternate years.

 

The Peace Cup organization also has a goal of building a peace stadium in the Israel–Palestine–Jordan region, as close as possible to the Israel–Palestine border. The stadium would be freely available to all as a peace-building venture. We want to bring famous coaches from Europe and start a football academy for the children in the region. The adults may want to point guns at each other, but the children will want to come to the football stadium and kick the ball around. People say it is unrealistic and shake their heads, but we will do this.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Solution to Poverty and Hunger

When I look at the world situation, I feel that securing sufficient food supplies is the most pressing problem. Solving the food crisis cannot be put off for even a moment. Even now, some twenty thousand people around the world die of hunger-related causes every day. We cannot afford to be apathetic just because we and our immediate families are not facing hunger.

 

Simply distributing food supplies by itself will not resolve hunger, though. A more fundamental approach to the problem is needed. I am considering two fundamental and concrete methods. The first is to provide ample supplies of food at low cost, and the second is to share technology that people can use to overcome hunger on their own. The issue of food will present humankind with a very serious crisis in the future. We cannot build a world of peace without first resolving the food issue. Sufficient food supplies for all the world’s population cannot be produced on the limited amount of land area that is currently available. We must look to the oceans for a solution. The oceans hold the key to solving the food crisis of the future. This is the reason I have been pioneering the oceans for the past several decades.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Dreaming of A Peaceful World - and Taking Action

For years I have called for a world where all religions live together as one, all races live as one, and all nations exist as one. Yet, for thousands of years history has seen the continuous increase of divisions. Each time a different religion was adopted or a new regime came into power, more boundaries were drawn and wars were fought. Now, however, we live in an age of globalism. For the sake of the future we must become one.

 

One way I propose to facilitate that is through the International Peace Highway, a huge undertaking. It will link Korea and Japan by an undersea tunnel and create a bridge across the Bering Strait that separates Russia and North America. These great links can unify the world. When the highway is completed it will be possible to travel by car from Africa’s Cape of Good Hope to Santiago, Chile, and from London to New York. There will be no roadblocks; the entire world will be interconnected as if by capillary vessels. The world will become one integrated community, and everyone will be able to travel freely across international borders. Borders that give free passage to anyone will lose their significance as borders. Something similar will be true for religion. As the frequency of exchanges among religions increase, greater mutual understanding will arise, conflict will disappear, and the walls of separation will crumble. When different types of people live together in a single global community, barriers between races will come down. Interaction between races will occur despite differences in appearance and language. This cultural revolution will bring the world into one.

 

The Silk Road was not simply a trade route that people used in order to sell silk and buy spices. It was also a vehicle for the peoples of the East and West to meet and for Buddhism, Islam, and Christianity to meet. These different cultures intermingled and gave rise to a new culture. The International Peace Highway will play a similar role in the twenty first century.

 

To become one means more than simply connecting continents by tunnels and bridges. It refers to an equalization of the world’s standards of living.

 

The International Peace Highway will rearrange the current inequality by creating access to existing natural and human resources. This will bring about a leveling of wealth. This will require sacrifice from those with greater material possessions or knowledge. Building a world of peace cannot be done with one-time charitable acts or donations. Only sincere love and continuous sacrifice is capable of creating a world of peace. We must be willing to offer everything.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Interdependence, Mutual Prosperity, Universal Values

Supporting and Supplementing the Mission of the United Nations


(To learn more click here)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Global Women's Peace Network

The Women's Federation for World Peace


(There is no podcast associated with this poster. To learn more click here)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Supporting the Heroes and Heroines of Peace

The Sunhak Peace Prize


(There is no podcast associated with this poster. To learn more click here)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Solution to Today's Problems

The International Association of Parliamentarians for Peace 


(There is no podcast associated with this poster. To learn more click here)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Embrace the World

When you are setting your goal, be sure to consider the entire world. Consider Africa, which continues to suffer from poverty and disease. Consider Israel and Palestine, where people continue to aim their weapons at each other and fight over matters of religion. Consider Afghanistan, where people barely keep themselves alive by raising poppy plants used to make harmful drugs. Consider the United States, which has thrown the world’s economy into a pit with its extreme greed and selfishness. Consider Indonesia, which suffers from continued earthquakes and tidal waves. Imagine yourself in the context of those countries, and think which country and which situation would be most appropriate for you. It may be that you are best suited to India, where a new religious conflict may erupt. Or it could be Rwanda, which languishes in drought and hunger.


Whether you do good work on the large continent of Africa or in the small country of Korea, your goal should not be restricted by size. Your goals should be about where your talents can have the most impact.


During the 1980s, I sent many Korean university students to Japan and the United States. I wanted them to leave Korea, where teargas canisters were exploding almost daily, and let them see a wider world with greater variety. The frog that lives at the bottom of a well does not realize that there is a bigger world outside the well.The world is like a living organism in that it is always changing. New problems are always arising.


I hope to see more political leaders who will lead the United Nations to fulfill its purpose and more diplomatic leaders who will stop the fighting in areas of conflict. I hope to see someone like Mother Teresa who will take care of those wandering and dying on the streets. I hope to see peace leaders who will take on my mission of pioneering new solutions from the land and sea.


The starting point is to have a dream and a goal. Please have an adventurous and pioneering spirit. Dream dreams that others dare not imagine. Set goals for yourselves that have meaning, and become global leaders who will bring benefit to humankind.

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Bienvenue à l'exposition du centenaire

Bienvenue à cette exposition consacrée au centenaire de la naissance de Sun Myung Moon et qui honore son œuvre. Sa vie a été extraordinaire et nous sommes fiers de présenter cette sélection de thèmes révélant les composantes essentielles de sa biographie, de son œuvre et de ses idées.

Nombre de citations qui figurent sur les affiches sont tirées des Mémoires qu’il a rédigés vers la fin de sa vie, intitulés : Ma vie au service de la paix (Éditions Jean Picollec, Paris, 2011). Cet ouvrage rassemble les leçons que la vie lui a enseignées et présente les motivations et objectifs dissimulés au cœur de ses accomplissements les plus remarquables.

Si vous scannez le code QR, vous pourrez écouter de courts passages du livre, en rapport avec chaque sujet.

Citation :
« Pour construire un monde de paix, j’ai passé ma vie à aller dans les coins les plus perdus et les plus reculés. J’ai rencontré, en Afrique, des mères réduites à regarder leurs enfants mourir de faim. J’ai vu, en Amérique du Sud, des pères qui vivaient près de rivières très poissonneuses mais qui n’arrivaient pas à nourrir leur famille par ignorance des techniques de pêche. Au début, je me contentais de partager ma nourriture, en retour ils me gratifiaient de leur amour.

Je suis un personnage controversé. Le monde s’émeut dès que l’on parle de moi. Je n’ai jamais été attiré par la gloire et l’argent mais j’ai au contraire passé ma vie à ne parler que de paix.

On m’a pourtant traité de tous les noms, on m’a mis à l’index et on m’a jeté la pierre. Beaucoup se moquent de savoir ce que je dis ou fais, tout ce qui les intéresse est de s’opposer à moi. J’ai connu six incarcérations injustes dans ma vie […]

Parfois, à force d’être battu, j’en avais la chair éclatée. Aujourd’hui, cependant, je n’ai plus dans le cœur la moindre meurtrissure. Les blessures du passé se cicatrisent facilement en présence de l’amour vrai. Même l’inimitié s’évanouit sans laisser de traces face à l’amour. Il y a dans l’amour vrai un cœur qui donne, donne et donne encore. Il oublie même qu’il a déjà donné et se donne à nouveau.

Ces derniers temps, de plus en plus de personnes voulant en savoir davantage à mon sujet, j’ai passé ma vie en revue. Mes souvenirs sont rapportés tels quels dans cet ouvrage.

Je transmets mon affection débordante à tous ceux qui ont cru en moi, sont demeurés et ont vécu à mes côtés, et particulièrement à mon épouse, Hak Ja Han Moon. Je lui suis très vivement reconnaissant de s’être battue à mes côtés pour surmonter les défis les plus ardus. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En quête de la vérité

Sun Myung Moon a découvert et révélé des vérités essentielles qui sont contenues dans les enseignements du Principe divin

Dieu est notre Parent céleste, à la fois Père et Mère, et nous sommes Ses enfants. Nous formons une seule famille unie en Dieu.

Nous sommes des êtres éternels qui passent par trois étapes d’existence : dans le ventre maternel, sur terre et dans le monde éternel spirituel. La façon dont nous conduisons notre vie sur terre a une influence directe sur la vie que nous vivrons dans l’au-delà.

L'humanité s'est éloignée du Parent céleste depuis longtemps, causant une souffrance incommensurable à Dieu et aux êtres humains mais Dieu ne peut pas résoudre ce problème seul.

L'histoire est le récit des efforts désespérés du Parent céleste pour réunir, au sein de toutes les religions, Sa famille éloignée et désorientée.

Dieu a envoyé de « Vrais Parents » pour mettre fin aux derniers jours de souffrance et commencer maintenant une nouvelle histoire céleste.

Dieu a besoin de vous. Il a besoin du monde entier.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Entre crainte et inspiration

« Alors que j’avais seize ans, la mort tragique de cinq de mes frères et sœurs plus jeunes que moi frappa notre famille en une seule année. Il n’y a pas de mots pour décrire le cœur brisé de mes parents après avoir perdu cinq de leurs treize enfants en si peu de temps. La mort semblait se répandre.

La souffrance d’une famille semblait liée à la souffrance de la nation et du monde. J’étais de plus en plus affligé de voir la situation misérable des Coréens sous le joug tyrannique du Japon.

Manquant de nourriture, les gens étaient parfois obligés d’arracher de l’herbe, l’écorce des arbres et tout ce qu’ils trouvaient, et les faisaient bouillir pour manger. Il semblait impossible de mettre un terme aux guerres dans le monde.

Un jour, je lus un article de journal évoquant le suicide d’un collégien de mon âge. « Pourquoi est-il mort ? » me demandai-je. « Qu’est-ce qui a bien pu pousser un être si jeune à se tuer ? » Cette nouvelle m’accabla comme si elle concernait l’un de mes proches. Le journal ouvert sur cet article je pleurai nuit et jour pendant trois jours. Les larmes coulaient et je ne parvenais pas à les réprimer.

Je n’arrivais pas à comprendre cette succession d’évènements étranges, ou le fait que des tragédies puissent frapper de braves gens. La vue des ossements de mon arrière-grand-père avait suscité en moi des questions sur la vie et la mort. À elle seule, la parole de Dieu entendue à l’église ne suffisait pourtant pas à m’apporter les réponses claires que je recherchais. Pour soulager les tourments de mon cœur, je commençai naturellement à m’absorber dans la prière.

« Qui suis-je ? Quelle est mon origine ? Quel est le but de la vie ? Qu’arrive-t-il aux personnes quand elles meurent ? Le monde de l’âme éternelle est-il une réalité ? Dieu existe-t-Il réellement ? Est-Il vraiment tout-puissant ? S’Il l’est, pourquoi n’intervient-Il pas en voyant la peine du monde ? Si Dieu a créé le monde, a-t-Il aussi créé la souffrance qui y sévit ? Qu’est-ce qui mettra fin à l’occupation tragique de la Corée par le Japon ? Que signifie la souffrance des Coréens ? Pourquoi les êtres humains se détestent-ils, se combattent-ils et se lancent-ils dans des guerres ? » Mon cœur était rempli de ces questions graves et fondamentales. Nul ne pouvant me répondre aisément, ma seule option était de prier. La prière m’aidait à trouver un réconfort. Quand je confiais à Dieu les problèmes angoissants que j’avais sur le cœur, ma souffrance et ma peine se dissipaient complètement et je retrouvais mon calme. Je passais de plus en plus de temps à prier et finis par le faire constamment toute la nuit, jusqu’à vivre enfin une expérience rare et précieuse où Dieu répondit à mes prières. Ce jour restera le souvenir le plus cher de ma vie, un jour que je n’oublierai jamais. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

De mon cœur jaillit un torrent de larmes

« J’eus beau essayer, je n’arrivais pas à me libérer, ne serait-ce qu’un moment, du souvenir de ma rencontre avec Jésus. Mon face-à-face avec lui bouleversa complètement ma vie. Son expression douloureuse était gravée dans mon cœur comme si elle y avait été incrustée et je ne pouvais penser à rien d’autre. À partir de ce jour, je m’absorbai entièrement dans la parole de Dieu. Parfois, cerné par des ténèbres sans fin, je souffrais tant que ma respiration devenait pénible. À d’autres moments, mon cœur débordait de joie comme si je voyais le soleil poindre à l’horizon. Dans le but de calmer mon cœur et de sécher mes larmes, je composai le poème que voici :

La couronne de gloire

Lorsque de mon prochain je me mets à douter,
la peine et la douleur envahissent mon cœur.
Si je juge, pire encore ! Je ne puis supporter.

Si je hais, c’est ma vie qui perd toute valeur.
Mais si je fais confiance, on me trompe sans cesse.
Je subis le rejet pour l’amour que je donne.

Ce soir, ma tête, mon corps sont remplis de tristesse ;
de douleur, de chagrin, tout mon être frissonne.
Serais-je dans l’erreur ? Oui, c’est certain, j’ai tort !

Pourtant, même trahi, de nouveau je pardonne.
À ceux qui m’ont trompé, je fais confiance encore.
À ceux qui me haïssent, mon amour je redonne.

Lorsque j’aime, Ô Seigneur, quelle immense douleur !
Que vienne sur mes mains Ton regard se poser
et ressens dans Tes mains, placées près de mon cœur,

l’indicible douleur qui le fait exploser.
Pourtant, c’est en aimant mes pires ennemis
que des plus grands tourments, vainqueur je sortirai.
Si, comme moi, tu peux aimer sans compromis
la couronne de gloire alors je t’offrirai. »

Avec la succession de journées comme celle-là, j’atteignis un monde de prière de plus en plus profond. J’embrassais de nouvelles paroles de vérité que Jésus me communiquait directement et je me laissais entièrement accaparer par Dieu. Je me mis à vivre une vie totalement différente. Tout à mes innombrables pensées, je devins peu à peu un garçon économe de ses mots. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Une clef pour dévoiler un grand secret

« J’ai occupé de nombreux emplois au cours de mes études au Japon. J’ai été gardien d’un immeuble de bureaux, écrit des lettres pour les analphabètes, travaillé sur de nombreux chantiers et j’ai été contremaître. J’ai pratiqué la divination. Lorsque j’avais un besoin urgent d’argent, je pratiquais la calligraphie et vendais mes œuvres. Mais je n’ai jamais pris de retard dans mes études. Toutes ces choses faisaient, à mon sens, partie de mon apprentissage. Accomplissant toutes sortes de travaux, j’ai rencontré toutes sortes de personnes. Ainsi, j’en ai appris beaucoup sur les gens. […]

Je crois encore qu’une bonne personnalité se forge en affrontant maintes difficultés avant l’âge de trente ans. Il nous faut traverser l’épreuve du désespoir au plus profond de notre être et en faire l’expérience concrète, découvrir de nouvelles possibilités au milieu de l’enfer. Ce n’est qu’en remontant les pentes du désespoir et en renouvelant notre détermination que nous pouvons renaître comme des êtres capables de tracer un nouvel avenir. […]

Durant cette période, j’eus la révélation suivante : « La relation entre Dieu et les êtres humains est celle d’un père avec ses enfants, et Dieu est profondément attristé de voir leur souffrance. » À ce moment-là, tous les secrets de l’univers furent résolus dans mon esprit. C’était soudain comme si quelqu’un avait démarré la projection d’un film. Tout ce qui s’était passé depuis l’époque où l’être humain avait enfreint le commandement de Dieu se déroula clairement devant mes yeux. Je pleurais sans cesse à chaudes larmes, tombai à genoux et touchai le sol de mon front. Pendant un temps infini, je ne parvins pas à me relever. Tout comme au temps où, enfant, mon père me portait sur son dos jusqu’à la maison, je me blottis tout contre Dieu et pleurai sans retenue. Neuf ans après ma rencontre avec Jésus, mes yeux s’étaient enfin ouverts au véritable amour de Dieu. […]

Jésus m’apparut quand j’avais seize ans, car il voulait me faire connaître la racine du péché originel commis par nos premiers ancêtres. Il voulait que j’établisse un monde de paix d’où seraient bannis le péché et la chute. J’avais reçu de Dieu des instructions sérieuses pour expier les péchés de l’humanité et fonder le monde de paix qu’Il avait voulu créer à l’origine. Le monde de paix que Dieu souhaite n’est pas un lieu où nous allons après la mort. C’est ce monde, où nous vivons aujourd’hui, que Dieu destine à être le monde de paix et de bonheur complets qu’Il avait prévu au commencement. Dieu n’a certainement pas placé Adam et Ève dans ce monde pour qu’ils souffrent. Je devais divulguer au monde cette prodigieuse vérité. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Un grain de riz est plus important que la terre entière

« Seuls ceux qui ont connu la faim savent combien elle fait souffrir, et un simple grain de riz a une valeur inestimable. Aujourd’hui encore, le simple fait de penser à Heungnam me rend nerveux. On a peine à croire qu’un seul grain de riz puisse être aussi désirable pour le corps mais le désir de nourriture peut être puissant qu’il vous fait pleurer. Quand on a l’estomac plein, le monde paraît grand mais, pour l’affamé, un grain de riz est plus important que la Terre entière et prend une valeur énorme pour celui qui a faim. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Des anges ouvrent un passage dans une forêt obscure

« Il y a deux choses que nous devrions laisser à nos descendants au moment de mourir. L’une est la tradition, l’autre l’éducation. Un peuple sans tradition est voué à l’échec. La tradition est l’âme qui permet à un peuple d’avancer ; un peuple sans âme ne peut survivre. Deuxième chose importante : l’éducation. Un peuple qui n’éduque pas ses descendants subira aussi l’échec. […]

Un nouvel avenir s’ouvre à ceux qui, d’une part, lèguent à leurs descendants la tradition reçue durant des millénaires et, d’autre part, leur procurent l’éducation nécessaire à la compréhension de choses nouvelles. […]

Tout en créant la troupe de danse, je fondai aussi l’École des arts des Little Angels (rebaptisée plus tard École des arts Sunhwa). L’objectif, en fondant cette école, était de transmettre nos idéaux au monde par le biais des arts. […]

Depuis 1965, époque des premiers spectacles donnés aux États-Unis, The Little Angels ont présenté la magnifique tradition coréenne partout dans le monde. Ils ont été invités par la famille royale britannique à se produire en présence de la reine Élisabeth II. Ils ont été invités à participer à la célébration du bicentenaire aux États-Unis où ils ont donné une représentation au John F. Kennedy Center for the Performing Arts de Washington. Ils ont offert un spectacle spécial au président américain Richard Nixon et participé au Festival des arts culturels et au spectacle faisant partie du programme des Jeux olympiques de Séoul. The Little Angels sont connus dans le monde entier comme ambassadeurs culturels pour la paix. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Pardonner - Aimer - S'unir

« Vers la fin de l’année 1971, je partis à nouveau aux États-Unis. Je devais absolument y accomplir certaines tâches, mais il ne fut pas facile de m’y rendre. Ce n’était pas ma première visite aux États-Unis, mais l’attente du visa fut exceptionnellement longue. Certains membres me suggérèrent d’ajourner mon départ, mais je ne pouvais m’y résoudre. Il m’était difficile de leur expliquer, mais il était capital de quitter la Corée à la date prévue. Je décidai donc d’aller d’abord au Japon et de demander un visa pour les États-Unis durant mon séjour là-bas. J’avais hâte de quitter la Corée. […]

Au début des années 1970, l’Amérique était empêtrée dans la guerre du Viêt-Nam et les activistes manifestaient. Le pays était gravement divisé. Les jeunes en quête de sens jouaient avec l’alcool, la drogue et le sexe, négligeant au passage leur âme éternelle. La religion dominante aurait dû guider ces jeunes, mais elle n’assumait pas son rôle. Elle n’arrivait pas à mettre fin à leur errance pour les ramener dans le droit chemin. La culture hédoniste et matérialiste tirait de nombreux jeunes vers les valeurs les plus viles, car leur cœur n’avait pas d’endroit où trouver la paix. Peu après mon arrivée aux États-Unis, je fis une tournée de conférences dans le pays en proclamant « le futur du christianisme » et « l’espoir de Dieu pour l’Amérique ». Devant de vastes auditoires, j’exposai comme nul autre les faiblesses de l’Amérique. Je rappelai que les États-Unis ont été fondés sur l’esprit puritain et sont devenus le pays le plus puissant du monde en seulement deux cents ans parce qu’ils ont reçu l’amour sans limite de Dieu et Sa bénédiction. Je rappelai au public que les États-Unis devaient leur liberté à Dieu mais qu’aujourd’hui ils avaient mis Dieu de côté. « L’Amérique a une grande tradition, leur dis-je. Le tout est de lui redonner vie. » J’étais venu pour réveiller l’esprit des États-Unis et les sauver de la destruction, pour inciter les Américains à se repentir et à revenir vers Dieu. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Quelles promesses ne doivent jamais être rompues ?

« Naturellement, il est essentiel que les époux entretiennent une confiance mutuelle et nourrissent leur amour. Le serment sur lequel j’insiste le plus auprès des futurs époux est le suivant : « Enseignez à vos enfants à préserver leur pureté sexuelle. »

C’est une promesse qui va de soi, mais elle est difficile à tenir dans la société actuelle. Pourtant, plus le monde va mal, plus il importe d’être rigoureux quant à cette promesse de pureté.

Le perfectionnement des êtres humains et la paix dans le monde se forgent dans la famille. Le but de la religion, c’est que tous deviennent des personnes bonnes. Un monde idéal de paix sera alors possible. Les politiciens auront beau se concerter, ils n’arriveront pas à l’établir. Une extraordinaire puissance militaire ne l’installera pas. Le point de départ pour la réaliser, c’est la famille. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Des familles aimantes peuvent changer le monde

« Lors de nos cérémonies de fiançailles et de mariage, je demande aux mariés de se faire certains serments à ne jamais rompre. En premier, un mari et son épouse se feront toujours confiance et s’aimeront. Deuxièmement, ils ne blesseront jamais le cœur de leur partenaire. En troisième lieu, ils éduqueront leurs enfants et petits-enfants dans le maintien de leur pureté sexuelle. Quatrièmement, tous les membres de leur famille s’entraideront et s’encourageront mutuellement pour former une véritable famille idéale. La chasteté avant le mariage et la fidélité dans le mariage sont de la plus haute importance. C’est ce que j’enseigne pour que les gens vivent au maximum de leur potentiel humain en créant et en entretenant des familles saines. Le mariage est plus que la simple rencontre d’un homme et d’une femme. C’est une cérémonie précieuse où l’on s’engage à poursuivre l’œuvre créatrice de Dieu. Le mariage est un cheminement dans lequel l’homme et la femme ne font plus qu’un, créent une vie nouvelle et vivent l’amour vrai. Par le mariage se décide un nouvel avenir : des sociétés se forment, des nations se bâtissent.Dieu désire un monde de paix qui se réalise autour de familles unies. C’est en famille que le royaume de Dieu sur la terre devient concret. Les conjoints sont amenés à être des centres de paix. […]

Les mariages internationaux et interculturels sont le moyen le plus rapide de réaliser un monde idéal de paix.Des choses qui auraient dû mettre un temps fou à se produire s’accomplissent comme par miracle à travers ce genre de mariages en deux ou trois générations seulement. Les mariages devraient aller au-delà des barrières nationales et culturelles et unir des gens de pays qui se considèrent ennemis, de sorte qu’un monde de paix puisse se réaliser bien plus vite. Quelqu’un peut haïr les habitants de tel pays ou de telle culture et se jurer de ne jamais poser son regard sur eux. Mais dès que cette personne épouse un citoyen de ce pays, elle est alors à mi-chemin de faire partie de ce nouveau pays. Toute la haine se dissout. Si pareille situation se répète sur deux ou trois générations, les racines de la haine peuvent être éliminées. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Laisser derrière soi un héritage d'amour

« Nous n’entrons pas et ne quittons pas ce monde de notre propre chef. Nous ne choisissons pas notre destin. Nous sommes nés même si nous n’avons pas choisi de naître. Nous vivons sans l’avoir choisi. Nous mourons, pour la quasi-unanimité, sans avoir choisi de mourir. On n’a aucune prise sur ces aspects de notre vie ; comment peut-on donc se vanter d’être, en quelque sorte, supérieur aux autres ? Nous ne naissons pas parce que nous l’avons souhaité, nous n’avons rien qui soit à nous pour toujours ; nous n’éviterons pas la mort. Toute vantardise de notre part serait pathétique. […]

Au bout d’un certain temps, tout être meurt et abandonne son corps physique comme on délaisse un vieux vêtement. « Retourner » est une expression coréenne pour « mourir » ou « partir en paix ». Retourner signifie revenir à l’endroit d’où l’on est venu, c’est à-dire retourner à ses racines fondamentales. Tout dans l’univers évolue par cycles. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

L'amour amènera l'unification

« Le rôle de la religion est de ramener l’être humain vers le bien et d’éliminer sa nature mauvaise qui trouve plaisir à la confrontation. Observez les grandes religions du monde. Elles prônent toutes comme idéal un monde de paix. Toutes veulent voir un royaume de Dieu, une utopie ou un paradis. Les religions désignent cet idéal sous des noms divers, mais elles aspirent toutes à la même chose. Il existe beaucoup de religions dans le monde. Chacune d’elles ou presque se divise en factions et chapelles multiples. Mais l’espoir essentiel de toutes est le même : elles veulent le royaume de Dieu et un monde en paix. Le cœur humain a été réduit en lambeaux par la violence et l’hostilité qui l’habitaient. Seul, le royaume de l’amour l’en guérira. |…]

Ma première visite à Jérusalem date de 1965. C’était avant la guerre des Six Jours et Jérusalem était encore sous le contrôle jordanien. Je m’étais rendu au mont des oliviers où Jésus avait prié avec des larmes de sang, juste avant d’être conduit devant le tribunal de Ponce Pilate. J’ai posé la main sur un olivier vieux de 2 000 ans qui fut peut-être le confident de la prière de Jésus cette nuit-là. J’ai planté trois clous dans cet arbre : le premier pour le judaïsme, le deuxième pour le christianisme et le troisième pour l’islam. J’ai prié pour le jour où ces trois familles de la foi seraient unies. Il ne peut y avoir de paix dans le monde sans l’unité du judaïsme, du christianisme et de l’islam. Ces trois clous y sont encore.

Dans le monde actuel, le judaïsme, le christianisme et l’islam se dressent vivement l’un contre l’autre, mais ils ont une racine commune. Ce qui motive leur division, c’est leur compréhension de Jésus. Pour traiter ce problème, j’ai demandé le 19 mai 2003 aux chrétiens de dédramatiser le thème de la croix dans les relations entre confessions abrahamiques. C’est ainsi que nous avons procédé à une cérémonie de retrait de la croix. Nous avons apporté une croix des États-Unis, pays majoritairement chrétien, et l’avons enterrée en Israël, dans le champ du potier. C’est le lieu acheté avec les trente deniers que Judas Iscariote avait reçus pour avoir trahi Jésus, ce qui conduisit à la crucifixion de ce dernier.

À la fin de cette même année, le 23 décembre, environ 3 000 Ambassadeurs de paix de toutes les religions et du monde entier se sont joints à 17 000 Israéliens et Palestiniens au parc de l’Indépendance de Jérusalem, pour ôter symboliquement la couronne d’épines de la tête de Jésus et la remplacer par une couronne de paix. Puis ils ont effectué une marche pour la paix dans la ville. Les autorités locales nous accordèrent leur autorisation et leur protection, et des familles palestiniennes et israéliennes apportèrent leur soutien à notre marche pour la paix en plaçant des bougies aux fenêtres de leur maison.»

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

« Accordez la liberté religieuse aux Soviétiques »

« À cette époque, la réussite de sa politique de perestroïka rendait le Président Gorbatchev populaire en Union soviétique. Au fil des années, j’ai pu rencontrer plusieurs Présidents des États-Unis, mais rencontrer le Président Gorbatchev était bien plus difficile. J’étais persuadé que même une seule rencontre serait délicate à obtenir. J’avais un message à lui transmettre et il était important que je le fasse en personne. Il réformait l’Union soviétique, permettant aux brises de la liberté de se manifester, mais au fil du temps les épées de la réforme se retournaient de plus en plus contre lui. Si la situation n’était pas maîtrisée, il risquait de s’exposer à un grave danger. […]

« Monsieur le Président, vous avez fait une très grande chose, lui dis-je. Vous avez abandonné votre poste de secrétaire général du parti communiste soviétique, mais désormais vous êtes devenu le président de la paix. Grâce à votre sagesse et à votre courage, il nous est possible aujourd’hui d’établir un monde de paix. Vous avez fait le plus important, une chose éternelle et belle pour le monde. Vous êtes un héros de la paix qui a accompli l’œuvre de Dieu. Le nom dont on se souviendra à jamais dans l’histoire de la Russie ne sera pas celui de Marx, Lénine ou Staline, mais uniquement celui de Mikhaïl Gorbatchev. » Tel fut mon éloge à sa décision de mettre un terme à l’Union soviétique, la mère-patrie du communisme, sans effusion de sang. En réponse, monsieur Gorbatchev répondit : « Révérend Moon, vos paroles m’ont été d’un grand réconfort. Vous entendre m’a donné de l’énergie. Je consacrerai le reste de ma vie à des projets liés à la paix mondiale. » Et il prit fermement ma main dans la sienne. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le pays peut être divisé, mais pas son peuple

« De nos jours, beaucoup parlent d’unification pacifique. Moi, j’en ai parlé à une époque où les gens n’osaient même pas utiliser cette expression, par crainte d’être accusés de violer la loi anti-communiste et la loi sur la sécurité nationale. Maintenant, si on me demande que faire pour réussir l’unification, je dis ce que j’ai toujours déclaré à ce sujet : « Si les Sud-Coréens aimaient la Corée du Nord plus qu’ils n’aiment le Sud et que les Nord-Coréens aimaient la Corée du Sud plus qu’ils n’aiment le Nord, nous pourrions unifier la Corée aujourd’hui même. » En 1991, j’ai été capable de risquer ma vie pour me rendre en Corée du Nord et rencontrer le président Kim Il-sung car j’avais ce fondement d’amour en moi. J’ai conclu des accords avec lui pour ce qui est de la rencontre des familles séparées, la coopération économique Nord-Sud, le développement du mont Kumgang, la dénucléarisation de la péninsule coréenne et la mise en chantier d’une conférence au sommet Nord-Sud. Personne n’aurait pensé qu’un anti-communiste pouvait aller dans un pays communiste et ouvrir les vannes de l’unification, mais j’ai surpris tout le monde. […]

« Le Nord et le Sud doivent être unifiés, ai-je dit, mais cela ne se fera pas par les armes. La guerre de Corée elle-même n’y est pas arrivée, et il serait insensé de vouloir encore y parvenir par une action militaire. L’unification n’aura pas davantage lieu par l’idéologie Juche qui vous est chère. Comment se réalisera-t-elle ? Le monde n’avance pas seulement grâce à nos efforts. Parce que Dieu existe, rien ne peut se faire par les seuls moyens humains. Même dans des situations où règne le mal, comme dans la guerre, Dieu conduit Sa providence. C’est ainsi que le Nord et le Sud ne vont pas s’unifier par le Juche qui met l’être humain au centre. » « Réaliser une patrie unifiée ne se fera qu’avec le Dieuisme, ai-je poursuivi. Dieu nous protège et l’heure de l’unification se précise. L’unification est notre destinée ; cette tâche doit se faire à notre époque. Si nous ne sommes pas en mesure d’accomplir le devoir sacré visant à unifier le pays de notre vivant, nous ne pourrons nous tenir la tête haute en présence de nos ancêtres ou de nos descendants, et ce pour le reste de l’éternité. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Quel est le but ultime de la religion du 21e siècle?

« Le 20e siècle a vu des changements extraordinaires. Il s’est passé plus de choses en cent ans que pendant les deux mille années précédentes. En ce siècle, il y a eu deux guerres mondiales ; le communisme a atteint son apogée, puis il a disparu. C’est aussi le siècle où l’humanité, s’enlisant dans le matérialisme, s’est détournée de Dieu. Qu’en sera-t-il alors du 21e siècle ? Aux dires de certains, les avancées de la science ont prouvé que de nombreux dogmes religieux ne sont que des superstitions inadaptées au monde moderne. Je soutiens, cependant, que la religion aura toujours sa place aussi longtemps que l’aspect spirituel de l’être humain demeurera une réalité et tant qu’un monde de paix n’aura pas été établi. À quoi sert la religion ? À réaliser le monde idéal de Dieu. […]

La voie suivie par les religions devrait aboutir en définitive à la paix. Dieu a créé ce monde en désirant l’amour et la paix. Semer la division en affirmant que sa religion est la seule voie de salut, c’est aller contre le désir de Dieu. Il veut voir chacun, ici-bas, œuvrer avec zèle pour la paix, la réconciliation et la coexistence. Si des gens disent que leur affiliation religieuse crée une division dans leur famille, je leur dis sans hésiter de faire passer leur famille avant tout. La religion n’est qu’un moyen de réaliser le monde parfait voulu par Dieu, ce n’est pas une fin en soi. […]

Si l’on reste au stade où les individus se regroupent en fonction de leur religion, ethnie ou communauté linguistique, l’humanité ne pourra éviter les guerres à répétition. L’ère de la paix ne pourra jamais s’établir à moins de transcender les traditions et les habitudes culturelles. Aucune des idéologies, philosophies ou religions qui ont influencé l’humanité dans le passé n’est capable d’instaurer la paix et l’unification qui sont indispensables pour le futur. Une nouvelle idéologie et une nouvelle philosophie sont nécessaires pour aller au-delà du bouddhisme, du judaïsme, du christianisme et de l’islam. Toute ma vie j’ai appelé, à en perdre la voix, les gens à transcender leur confession et même leur religion. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Le sport est un moyen de créer la paix dans le monde

« Le football est un sport de compétition où l’on peut gagner ou perdre, mais il a un pouvoir d’influence significatif sur les nations et la faculté d’accroître leur coopération vers la paix. On m’a dit que deux fois plus de personnes suivent la Coupe du monde de football que les Jeux olympiques. Cela donne une idée du nombre de gens dans le monde qui aiment le football. C’est pourquoi, tout comme les Jeux olympiques, le football a la faculté de devenir une force d’harmonie entre les pays, les races, les religions et les cultures. Je considère le football et la paix entre les pays comme des partenaires à fort potentiel. […]

Nous vivons dans une société de compétition où le stress est important. Il crée la tension dans nos vies et ôte la paix de l’esprit. Quand le stress s’accumule, les gens deviennent irritables et se battent. Le sport et les arts sont des exemples d’activités qui nous aident à faire baisser notre niveau de stress. Ils nous aident à nous vider de nos tensions refoulées et permettent à l’humanité de se rassembler. Si je me consacre aux équipes de football, aux orchestres symphoniques, aux compagnies de ballet, c’est parce que ces activités sont autant de moyens d’établir la paix dans le monde. Pelé comprend cette manière de penser. Étant sur la même longueur d’onde, nous avons créé ensemble une nouvelle compétition de dimension internationale appelée la Peace Cup, et des tournois ont été organisés tous les deux ans depuis 2003. Nous avons fait venir des équipes professionnelles de football du monde entier en Corée. Un tournoi féminin du même ordre, nommé Peace Queen Cup, a lieu un an sur deux, en alternance avec le tournoi masculin. […]

L’organisation de la Peace Cup a aussi pour objectif de construire un stade de la paix dans la région jouxtant Israël, la Palestine et la Jordanie, le plus près possible de la frontière israélo-palestinienne. Le stade serait accessible librement à tous comme une expérience au service de la paix. Nous souhaitons y amener des entraîneurs célèbres d’Europe et y ouvrir une académie du football pour les enfants de la région. Les adultes peuvent vouloir s’affronter avec des armes, mais les enfants souhaitent venir au stade de football et taper dans le ballon. Certains disent que c’est irréalisable en hochant dubitativement la tête, mais nous le ferons. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Une solution à la pauvreté et à la faim

« En observant la situation du monde, il me semble que le problème le plus urgent est de garantir un approvisionnement suffisant en denrées alimentaires. On ne peut différer la recherche de solutions à la crise alimentaire, pas même un instant. Aujourd’hui encore, environ vingt mille personnes dans le monde meurent chaque jour pour des raisons liées à la faim. Nous ne pouvons rester passifs, simplement parce que nous-mêmes et notre proche famille ne sommes pas confrontés à ce problème.

La simple distribution d’aliments ne résoudra cependant pas ce problème. Une approche plus fondamentale du problème s’impose. Je suggère essentiellement deux méthodes concrètes. La première est de fournir de vastes provisions alimentaires à bas prix, et la seconde est le partage des technologies que les gens pourraient utiliser pour vaincre la faim par leurs propres moyens. La question alimentaire va faire subir à l’humanité une très grave crise dans l’avenir. Nous ne pourrons bâtir un monde de paix sans résoudre le problème de la faim. L’étendue limitée des terres actuellement disponibles ne permet pas de produire assez à manger pour toutes les populations du globe. Il faut regarder du côté des océans pour trouver une solution. Ils possèdent la clef qui résoudra dans le futur la crise alimentaire. C’est la raison pour laquelle je me suis fait leur pionnier durant les dernières décennies. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Rêver d’un monde en paix – et agir

« Depuis des années, je plaide pour un monde où toutes les religions coopèrent dans l’unité, où toutes les ethnies s’unissent, et où toutes les nations n’en forment qu’une. Mais voilà des millénaires que l’histoire voit les divisions se multiplier sans cesse. Chaque fois qu’une religion différente a été adoptée ou qu’un nouveau régime est arrivé au pouvoir, de nouvelles frontières se sont dessinées et des guerres ont éclaté. Mais nous sommes aujourd’hui dans l’ère de la mondialisation. Pour assurer l’avenir, nous devons nous unir.

Afin de faciliter cette unité, j’ai proposé la construction d’une autoroute internationale de la paix, une entreprise prodigieuse. Reliant la Corée et le Japon par un tunnel sous-marin, elle emprunterait aussi un pont, ou un tunnel, dans le détroit de Béring pour connecter les territoires nord-américain et russe. Ces liaisons pourraient unifier le monde. Une fois que l’autoroute sera achevée, il sera possible de voyager en voiture depuis le cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud jusqu’à Santiago du Chili et de Londres à New York. Il n’y aura plus de barrières, le monde entier sera relié comme le corps l’est par les vaisseaux sanguins. Le monde deviendra une seule communauté, chacun pouvant franchir librement les frontières internationales. Les frontières laisseront tout le monde passer librement et perdront leur raison d’être. La religion connaîtra quelque chose de semblable. Avec la montée des échanges entre les religions, une plus grande entente mutuelle naîtra, les conflits disparaîtront et les murs de séparation tomberont. Quand toutes sortes de personnes vivront ensemble en une communauté mondiale unique, les barrières entre les races s’écrouleront. Les races communiqueront malgré les différences d’apparences et de langues. Cette révolution culturelle engendrera l’unité du monde.

L’ancienne route de la Soie n’était pas seulement une voie commerciale empruntée par les gens pour vendre de la soie et acheter des épices. Ce fut aussi un moyen de se rencontrer pour les peuples d’orient et d’occident, ainsi que pour le bouddhisme, l’islam et le christianisme. En s’entremêlant, ces différentes cultures ont donné naissance à une nouvelle culture. L’autoroute internationale de la paix jouera un rôle similaire au cours du 21e siècle. […]

Unifier le monde, c’est bien plus que relier des continents par des tunnels et des ponts. Il s’agit d’égaliser le niveau de vie à l’échelle mondiale. […]

L’autoroute internationale de la paix réduira les inégalités actuelles en permettant un accès à toutes les ressources naturelles et humaines existantes. Cela contribuera à équilibrer le niveau des richesses, c’est-à-dire que l’on prendra un peu aux endroits les mieux lotis pour donner à ceux qui sont défavorisés. Il en résultera que les deux côtés auront un niveau équivalent. Cela nécessitera un sacrifice de la part de peuples qui possèdent des richesses matérielles et des connaissances plus importantes. Bâtir un monde de paix ne peut se faire en une fois par un seul acte charitable ou un seul don. Seuls un amour sincère et un sacrifice continu pourront engendrer un monde de paix. Il est essentiel pour nous de consentir à tout donner. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Interdépendance, coprospérité, valeurs universelles

Soutenir la mission des Nations unies

« Le 12 septembre 2005, j’ai fondé la Fédération pour la paix universelle (FPU) au Lincoln Center de New York. Immédiatement après, j’ai entrepris une tournée mondiale dans plus de cent villes pour apporter un message de paix parlant d’un nouvel avenir des Nations unies et du monde. L’ONU a été créée pour résoudre les conflits qui éclatent dans le monde ; elle doit donc placer les intérêts du monde avant ceux d’un camp particulier. Lorsqu’un pays puissant campe sur ses positions et utilise la force pour les faire valoir, cela ne peut que déboucher sur de nouveaux conflits. Malheureusement, aujourd’hui, les Nations unies ne peuvent faire grand-chose face à de telles situations.

À la lueur de ces faits, j’ai proposé de restructurer les Nations unies pour en faire une institution bicamérale. À l’Assemblée générale viendrait s’ajouter un Conseil, ou une Assemblée, de nature religieuse ou culturelle. Ce collège serait composé de responsables spirituels reconnus dans des domaines tels que la religion, la culture et l’éducation. Les membres de cette assemblée interreligieuse seraient tenus de démontrer une capacité à transcender les intérêts limités de religions et de cultures particulières et de s’exprimer en faveur des objectifs spirituels et moraux de toute l’humanité. Je maintiens que les deux chambres, en travaillant ensemble dans un respect et une coopération mutuels, seraient à même d’accomplir de grands progrès dans l’avènement d’un monde de paix.

Certains pourront contester l’idée et dire : « Que viennent faire les religieux dans les affaires du monde ? » Je répondrai à ceux-là que le monde actuel se trouve dans une période où le rôle des responsables spirituels est essentiel. Ceux qui ont connu un grand développement intérieur par leur pratique religieuse sont plus indispensables que jamais. Seules des personnes profondément religieuses sont capables de se dresser contre l’injustice et le mal dans le monde et de mettre en pratique un amour véritable. Quand la connaissance et l’expérience des responsables politiques se conjugueront à la sagesse des représentants religieux, le monde pourra trouver la voie de la paix véritable. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Réseau mondial des femmes pour la paix

La Fédération des femmes pour la paix mondiale

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Soutenir les héros et héroïnes de la paix

Le prix Sunhak de la paix

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Solution aux problèmes actuels

L'Association internationale des parlementaires pour la paix

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Embrasser le monde

« En vous fixant un but, veillez à prendre en compte le monde entier. Pensez à l’Afrique qui continue à souffrir de la pauvreté et de maladies. Considérez Israël et la Palestine où les armes continuent de se dresser pour des questions de religion. Voyez l’Afghanistan où les gens survivent tout juste en semant le pavot qui sert de base à la production de drogues nocives. Regardez les États-Unis dont l’avidité et l’égoïsme sans bornes ont jeté l’économie mondiale dans la crise. Songez à l’Indonésie, à Haïti, au Chili et aux autres pays endeuillés par des séismes et des raz-de-marée. Placez-vous dans le contexte de ces pays et pensez à la nation et à la situation qui correspondent à ce que vous souhaitez faire. Vous avez peut-être le bon profil pour l’Inde où un nouveau conflit religieux peut éclater. Ou pour le Rwanda qui se désespère à cause de la sécheresse et de la famine. […]

Que vous fassiez du bon travail sur le grand continent africain ou dans un petit pays comme la Corée, la taille ne doit pas limiter votre objectif. Déterminez vos objectifs en fonction de l’endroit où vos talents auront le maximum d’impact. […]

Dans les années 1980, j’ai envoyé beaucoup d’étudiants coréens au Japon et aux États-Unis. Je voulais qu’ils quittent la Corée où des bombes lacrymogènes explosaient quasiment chaque jour, afin de découvrir un monde plus vaste et d’une plus grande diversité. La grenouille qui vit au fond d’un puits ne se rend pas compte qu’il existe un monde plus grand à l’extérieur. […]

J’espère voir plus de responsables politiques guider les Nations unies dans l’accomplissement de leur mission et plus de diplomates mettre fin aux combats dans les zones de conflits. Je souhaite voir quelqu’un comme mère Teresa prendre soin de ceux qui errent et meurent dans les rues. J’espère voir des Ambassadeurs de paix poursuivre ma mission en apportant de nouvelles solutions sur terre et sur mer. Le point de départ est d’avoir un rêve et un but. Ayez l’esprit aventureux et novateur. Ayez des rêves que d’autres n’osent même pas concevoir. Fixez-vous des objectifs qui ont un sens et devenez des dirigeants de niveau international qui rendront service à toute l’humanité. »

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email